Homélie pour l'Épiphanie du Seigneur ou Fête des Rois 2020 Année A « Les nations marcheront vers ta lumière »

Hermann Giguère

Homélies dominicales pour les temps liturgiques par Mgr Hermann Giguère P. H. du Séminaire de Québec. Homélie du 5 janvier 2020 pour l'Épiphanie du Seigneur ou Fête des Rois Année A. Textes: Isaïe 60-1-6, Éphésiens 3, 2-3a.5-6 et Mathieu 2, 1-12

C'est un très beau récit que celui de la visite des Mages au pied de Jésus, l'enfant nouveau-né de Marie. Les chameaux, les cadeaux, l'étoile, la rencontre avec Hérode, l'adoration devant l'Enfant Jésus puis le retour chez eux scandent le récit avec brio.

On s'est demandé avec raison si l'étoile était un phénomène astral comme le passage d'une comète. Ce qui n’est pas impossible. On a fait des Mages des rois, ce qui fait qu’on parle couramment de la Fête des Rois au Québec. On a même construit une châsse exceptionnelle pour leurs présumées reliques à Cologne en Allemagne.

Je pourrais continuer sur cette lancée et reprendre chacun de ces éléments pour en faire ressortir le sens. Plutôt que de m'arrêter à chaque élément, je me suis contenté de dégager, pour nous ici ce matin, l'enseignement fondamental à retenir en m'inspirant non seulement du récit de la visite des Mages à Bethléem racontée par l’évangile mais aussi de la première lecture et de la deuxième lecture.

I - Une annonce et une visite

Le choix de la première lecture veut nous sensibiliser au déploiement universel du salut que Dieu offre à son peuple et à tous les peuples. Le prophète Isaïe le fait en utilisant l’image de Jérusalem qui n’est plus vue seulement comme une localité de la Terre Sainte, mais bien comme un point de ralliement pour l’univers entier sur lequel elle fait briller la lumière du Seigneur et de ses dons.

Ce message de l’universalité du salut reprend sous une forme symbolique la promesse faite à Abraham et à ses descendants qui couvriront l’ensemble de l’univers. Écoutons le prophète Isaïe : « Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore » proclame-t-il. Et le prophète continue avec des images : les trésors, les chameaux, l’or et l’encens : « Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi, vers toi viendront les richesses des nations. En grand nombre, des chameaux t’envahiront, de jeunes chameaux de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens ; ils annonceront les exploits du Seigneur ».

Le récit des Mages en saint Mathieu emprunte les mêmes images. « Ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe ».

Avec ce récit de saint Mathieu, nous passons de la promesse à la réalité. Le salut de Dieu est arrivé dans son Fils né de la Vierge Marie. Ce salut n’est pas réservé à une catégorie de personnes. Il n’a pas de frontières. Ce que ces trois Mages venus de loin illustrent parfaitement.

II - Une retombée dans la communauté chrétienne

Passons à la seconde lecture. Saint Paul, Inspiré par la prédication de Jésus et le témoignage de ceux et celles qui l’avait connu ainsi que par sa rencontre personnelle avec lui sur le chemin de Damas, dans cette admirable lettre à l’Église d’Éphèse (en Turquie aujourd’hui) déclare sans ambages que le salut qu’il proclame est offert à toute personne qui accepte de reconnaître Jésus comme celui qui est l’Envoyé du Père et qui est le Sauveur promis.

Comme il était annoncé par l’image de la Jérusalem nouvelle, le salut apporté par Jésus Ressuscité n’a pas de frontières. C’est le mystère de l’amour inconditionnel de Dieu pour l’humanité. « Ce mystère, écrit-il, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile ».

Nous célébrons aujourd’hui ce mystère du « partage de la même promesse » sous le nom d’« épiphanie » qui veut dire « manifestation » ou « apparition ». Cette manifestation de l’amour de Dieu prend place dans le sillage de la fête de Noël qui célébrait le même mystère en rappelant la naissance de Jésus à Bethléem.

III – Application

Voilà! L’Épiphanie ou la Fête des Rois est une fête « sans frontières » parce que l’amour de Dieu que l’Alliance Nouvelle apporte est un amour universel qui ne fait jamais acception de personnes, qui s’étend à toutes et tous sans distinction. Elle est, comme le dit si bien un de mes confrères dans un texte écrit pour cette fête, « la fête du dévoilement de la bienveillance sans frontières de Dieu pour notre humanité ».

Dans le Royaume que Jésus instaure et dont nous sommes participantes et participants, il n’y a pas de distinction de classe, de préférence pour des groupes ou des personnes. C’est un royaume sans frontières, un royaume qui n’est pas de ce monde et qui ouvre sur tout ce qui est beau et bon, sur toutes les personnes qui acceptent comme les Mages de reconnaître en Jésus l'Envoyé du Père et qui décident de le suivre en vivant leur vie de tous les jours dans le sillage de leur choix et de leur découverte.

C’est ce que firent les Mages en retournant dans leur pays. Et c'est ce que nous sommes invités à faire après cette célébration en retournant à la maison, au travail, sur les places pour y témoigner de la rencontre que nous avons faite de Jésus et le dire autour de nous de diverses façons. Comment ? À chacune et à chacun de se mettre à l’écoute de l’Esprit car celles-ci nous seront inspirées par le souffle de l’Esprit Saint qui est l’Esprit de Jésus.

Conclusion

Cette belle fête de l’Épiphanie est encore aujourd’hui bien actuelle. Le récit qui nous porte est riche de toutes sortes de détails, mais c'est l’enseignement fondamental qui est des plus actuel pour nos sociétés de plus en plus sécularisées, celui d’une bienveillance sans frontières de notre Dieu pour l’humanité.

Que le partage du Pain et du Vin fasse de nous des témoins ardents de cette bienveillance de Dieu en nous unissant à Celui qui est la Lumière des nations, Jésus Christ notre Seigneur et notre Sauveur.

Amen!

Mgr Hermann Giguère P. H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec

31 décembre 2019
























LECTURES DE LA MESSE pour l'Épiphanie du Seigneur Année A

PREMIÈRE LECTURE
« La gloire du Seigneur s’est levée sur toi » (Is 60, 1-6)
Lecture du livre du prophète Isaïe

Debout, Jérusalem, resplendis !
Elle est venue, ta lumière,
et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi.
Voici que les ténèbres couvrent la terre,
et la nuée obscure couvre les peuples.
Mais sur toi se lève le Seigneur,
sur toi sa gloire apparaît.
Les nations marcheront vers ta lumière,
et les rois, vers la clarté de ton aurore.
Lève les yeux alentour, et regarde :
tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi ;
tes fils reviennent de loin,
et tes filles sont portées sur la hanche.
Alors tu verras, tu seras radieuse,
ton cœur frémira et se dilatera.
Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi,
vers toi viendront les richesses des nations.
En grand nombre, des chameaux t’envahiront,
de jeunes chameaux de Madiane et d’Épha.
Tous les gens de Saba viendront,
apportant l’or et l’encens ;
ils annonceront les exploits du Seigneur.

– Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 71 (72), 1-2, 7-8, 10-11, 12-13)
R/ Toutes les nations, Seigneur,
se prosterneront devant toi. (cf. Ps 71,11)

Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice,
qu’il fasse droit aux malheureux !

En ces jours-là, fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des lunes !
Qu’il domine de la mer à la mer,
et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

Les rois de Tarsis et des Îles apporteront des présents.
Les rois de Saba et de Seba feront leur offrande.
Tous les rois se prosterneront devant lui,
tous les pays le serviront.

Il délivrera le pauvre qui appelle
et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre,
du pauvre dont il sauve la vie.

DEUXIÈME LECTURE
« Il est maintenant révélé que les nations sont associées au même héritage, au partage de la même promesse » (Ep 3, 2-3a.5-6)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères,
vous avez appris, je pense,
en quoi consiste la grâce que Dieu m’a donnée pour vous :
par révélation, il m’a fait connaître le mystère.
Ce mystère n’avait pas été porté à la connaissance
des hommes des générations passées,
comme il a été révélé maintenant
à ses saints Apôtres et aux prophètes,
dans l’Esprit.
Ce mystère,
c’est que toutes les nations sont associées au même héritage,
au même corps,
au partage de la même promesse,
dans le Christ Jésus,
par l’annonce de l’Évangile.

– Parole du Seigneur.

ÉVANGILE
Nous sommes venus d’Orient adorer le roi (Mt 2, 1-12)
Alléluia. Alléluia.
Nous avons vu son étoile à l’orient,
et nous sommes venus adorer le Seigneur.
Alléluia. (cf. Mt 2, 2)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus était né à Bethléem en Judée,
au temps du roi Hérode le Grand.
Or, voici que des mages venus d’Orient
arrivèrent à Jérusalem
et demandèrent :
« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ?
Nous avons vu son étoile à l’orient
et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé,
et tout Jérusalem avec lui.
Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple,
pour leur demander où devait naître le Christ.
Ils lui répondirent :
« À Bethléem en Judée,
car voici ce qui est écrit par le prophète :
Et toi, Bethléem, terre de Juda,
tu n’es certes pas le dernier
parmi les chefs-lieux de Juda,
car de toi sortira un chef,
qui sera le berger de mon peuple Israël. »
Alors Hérode convoqua les mages en secret
pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;
puis il les envoya à Bethléem, en leur disant :
« Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant.
Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer
pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »
Après avoir entendu le roi, ils partirent.

Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient
les précédait,
jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit
où se trouvait l’enfant.
Quand ils virent l’étoile,
ils se réjouirent d’une très grande joie.
Ils entrèrent dans la maison,
ils virent l’enfant avec Marie sa mère ;
et, tombant à ses pieds,
ils se prosternèrent devant lui.
Ils ouvrirent leurs coffrets,
et lui offrirent leurs présents :
de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode,
ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

– Acclamons la Parole de Dieu.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Twitter Facebook Rss YouTube

Droits réservés Carrefour Kairos
© Hermann Giguère 2019