Homélie pour le 15e dimanche du temps ordinaire Année A (Mathieu 13, 1-23) : « Le semeur sortit pour semer »

Hermann Giguère

Homélie à la Chapelle du Lac Poulin et à la Chapelle du Lac Raquette par Mgr Hermann Giguère P.H., recteur de ces dessertes le 13 juillet 2014 pour le 15e dimanche du temps ordinaire Année A. Reprise le 16 juillet 2017. Textes: Isaïe 55, 10-14, Romains 8, 18-23 et Matthieu 13,1-27.

Nous commençons aujourd’hui une série de textes de l’Évangile de saint Mathieu qui sont des paraboles, des comparaisons que Jésus utilise pour faire comprendre ce qu’il veut dire quand il parle du « Royaume » de son Père. En effet, ce n’est pas nécessairement avec des démonstrations, des thèses qu’on fait comprendre. Ce n’est pas juste en répétant, en faisant un sondage. C’est en trouvant le bon moyen, le bon mot, celui qui ouvre le chemin du cœur. La plupart des paraboles partent de la vie de tous les jours avec des images simples à la portée de tous. Celle d’aujourd’hui est la parabole du semeur qui sortit pour semer.

I – La parabole du semeur

L’image est empruntée aux usages des agriculteurs que Jésus voit autour de lui en Palestine. Au temps de Jésus, ai-je lu, on semait avant de labourer, puis après on labourait et la terre se retournait sur les graines, les semences. Ainsi on ne s’occupait pas de regarder où les semences tombaient, car en labourant, la terre les recouvrait, mais toutes les semences alors n’étaient pas recouvertes. Il en restait sur la pierre, dans les ronces ou dans la bonne terre. C’est ce que constate Jésus dans l’explication de la parabole.

- Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est l’homme qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie, mais il n’a pas de racines en lui.

- Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est l’homme qui entend la Parole ; mais les soucis du monde et les séductions de la richesse étouffent la Parole, et il ne donne pas de fruit.

- Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est l’homme qui entend la Parole et la comprend ; il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un (Mathieu 13, 20, 22-23).

II – Commentaire

Le semeur de la parabole semble peu soucieux de sa récolte : il sème, il sème à tous vents. Il fait comme les agriculteurs du temps de Jésus. Cette semence est jetée partout.

Jésus la compare à la Parole avec une majuscule. La Parole, c’est Dieu lui-même qui parle et Dieu n’est pas « regardant » comme on dit au Québec, il n’est pas chiche. Il est prodigue en paroles parce qu’il souhaite que la Bonne Nouvelle soit répandue partout et pour tout le monde.

Seulement voilà : cette Parole rencontre parfois le Mauvais qui ferme les cœurs. Elle s’affronte aux épreuves qui amènent le doute ou encore aux soucis de toutes sortes qui rendent sourd. Dieu pourtant continue de prodiguer sa parole. Il attend des cœurs disponibles, des terrains favorables, capables d’entendre et de comprendre la Parole.

III – Application à la vie chrétienne

Chaque personne, toi, moi, les autres est une terre, un jardin, un royaume. Tout le monde a semé et sème encore en nous, y compris nous-mêmes. Notre père, notre mère, des membres de la parenté, la société, les événements, la télévision, les médias sociaux etc., et nous-mêmes par nos lectures, nos réflexions, nos prises de conscience, nos désirs, nos pulsions etc. tout le monde sème et ça pousse.

Quelle allure a mon jardin, ma terre? Que suis-je en train de récolter? Du chiendent, des navets, des fleurs, des mauvaises herbes? Dieu est le semeur, mais la semence a besoin d’un jardinier, d’un agriculteur.

Dieu n’est pas le seul à cultiver. Chacun a son rôle. Nous avons notre mot à dire sur la sorte de jardin que nous aurons, que nous serons. Dieu veut fleurir en nous, mais encore faut-il que nous le voulions, que nous le décidions.

Ainsi cette parabole du semeur nous annonce que le Salut de Dieu est déjà semé en tout et en tous dans le monde et en chacun. À nous d’en être conscients et d’y collaborer pour qu’il germe et porte du fruit.

Conclusion

En terminant faisons cette prière :

Loué sois-tu, Seigneur de la vie,
Pour ta Parole, semence de salut et d’avenir,
Pour Jésus, le Semeur qui sème dans tous les cœurs.

Loué sois-tu, Seigneur de la création
Pour le soleil, les sources et les brises légères,
Pour les petits jardins et les vastes champs

Loué sois-tu, Seigneur de l’avenir,
Pour tous les semeurs d’Évangile
Et les terres riches et généreuses.
Louis sois-tu, Seigneur de la vie.

Chers amis, chères amies, soyons des semeurs de joie et d’espérance.

C’est la grâce que je vous souhaite de tout mon cœur.

Amen!

Mgr Hermann Giguère, P.H.
Séminaire de Québec


11 juillet 2017














Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Twitter Facebook Rss YouTube

Droits réservés Carrefour Kairos
© Hermann Giguère 2015