Homélie pour le 21e dimanche du temps ordinaire Année B « Moi et les miens, nous voulons servir le Seigneur »

Hermann Giguère

Homélies dominicales pour les temps liturgiques par Mgr Hermann Giguère P.H. du Séminaire de Québec. Homélie du 26 août 2018 Année B. Homélie à la Chapelle du Lac Poulin par Mgr Hermann Giguère P.H., du Séminaire de Québec, recteur de cette desserte. Textes: Josué 24, 1-2a.15-17.18b, Éphésiens 5, 21-32 et Jean 6, 60-69.

Excursus : Sur le texte d’Éphésiens « Soyez soumis les uns aux autres : les femmes à leur mari ». Est-ce que saint Paul utiliserait aujourd’hui les mêmes formules qu’il emploie dans cette lettre à l’Église d’Éphèse? Je ne le pense pas. Il utiliserait d’autres formules. Ce qui est important de retenir c’est l’idée que le Christ a aimé l’Église et qu’il s’est livré pour elle et que sans le Christ l’Église est une institution purement humaine et vide. Il y a un lien unique, étroit, entre le Christ et l’Église comme celui qu’il y a entre les époux.

Homélie

Comme nous avons fait plusieurs fois cet été, recherchons le lien que la liturgie invite à faire entre la première lecture et celle de l’évangile. La deuxième lecture quant à elle n’a pas été choisie dans le même but. Elle déroule à la suite des passages des lettres de saint Paul. On y trouve parfois un certain lien avec les deux autres lectures, parfois non.


Aujourd’hui dans la première lecture tirée du livre de Josué qui raconte une réunion de toutes les tribus d’Israël à Sichem, une phrase m’a frappé : « Moi et les miens, nous voulons servir le Seigneur ». Le mot « servir » a plusieurs sens dans le langage courant ainsi que dans l’Ancien Testament dans le Nouveau testament. Il nous servira de fil conducteur pour cette homélie.

I – Les sens du mot servir

Dans le langage courant, « servir » peut se dire de quelqu'un ou de quelque chose qui nous est utile. On se sert d’un conseiller financier, d’un médecin. On se sert d’un balai, d’un plat, d’un chaudron etc. « Servir » peut aussi nous mettre sur le registre de l’aide et du soutien à des personnes. Je vais aller servir ma grand-mère qui est en résidence d’aînés. Je sers des repas à la Popote roulante. Je sers guide à des jeunes pour leurs devoirs etc. Voilà deux sens du mot « servir » assez courants.

Dans la Bible on retrouve le même mot, mais avec une connotation religieuse. Dans l’Ancien Testament d’où est tiré le texte de la première lecture, lorsqu’il est question de servir c’est toujours en référence à Dieu : « servir le Seigneur ».

L’accent est mis sur l’autre, sur la personne qu’on sert. Il laisse en retrait la personne qui sert pour se fixer sur celle qui est servie. Dans l’Ancien Testament, ce service sera celui de la Gloire de Dieu. Ce sera le service de la grandeur de Dieu, de sa bonté et de son amour. Les « serviteurs » vrais seront ceux et celles qui regardent vers le Seigneur et ses volontés et non du côté de leurs désirs et de leurs attentes à eux et à elles.

Dans le Nouveau Testament - évangiles et lettres des apôtres - le terme « servir » revient souvent. Il prend un couleur particulière puisque Jésus lui-même se définit comme le « Serviteur par excellence ». Les disciples regarderont vers lui pour apprendre comment être à leur tour des vrais serviteurs. À son exemple, ils deviendront les serviteurs de leurs frères et sœurs. Ainsi le service acquiert une importance particulière dans l’enseignement de Jésus. Il lavera les pieds de ses disciples pour leur enseigner comment le faire à leur tour.

On le voit, dans la Bible le mot « servir » nous implique toujours dans un réseau de relations personnelles.

II - Le choix de marcher derrière Jésus

Cet arrière-fond porté par le mot « servir » nous permet ce matin de relire la discussion qui est racontée dans l’évangile d’une façon nouvelle. Ce qui est en cause n’est pas seulement un choix de ce qui m’est utile ou profitable, mais une relation personnelle avec Jésus.

Les auditeurs et les auditrices de Jésus réagissent dans un premier temps avec étonnement devant ses propos, cela se comprend, car Jésus dans ses paroles se présente comme Dieu lui-même, comme celui qui est venu dans le monde pour que Dieu soit présent et incarné. Cette affirmation surprend et déroute. « Cela vous scandalise ? » dit Jésus.

Mais ce n’est pas tout, il annonce qu’il participe à la gloire de Dieu lui-même « Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ! »

La réaction d’étonnement fait place bientôt à une forme de refus d’entrer en relation avec ce Jésus si déroutant. « Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas… À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner ». Il n’est pas question pour eux de  servir  ce nouveau Maître.

Les autres disciples, même s’ils n’ont pas encore tout compris, font confiance. Ils acceptent de servir en regardant celui que Dieu envoie. Ils ne se regardent pas eux-mêmes. Leurs regards, leurs pensées et leurs actions se laisseront désormais inspirer par les paroles de Jésus. «  Tu as les paroles de la vie éternelle ».

Point n’est besoin de délibérer longuement. Ils se rangent du côté de Celui que Dieu envoie et lui jurent une fidélité totale.

Ce choix est très beau, même si on sait que devant les obstacles et devant la persécution qui amène Jésus sur la croix, ils seront déboussolés. Et pourtant, ce choix ne disparaîtra jamais, et l’Esprit Saint les renouvellera au point que plusieurs d’entre eux donneront leur vie pour servir Jésus jusqu'à la mort.

III - Application

Dans la vie, il y a souvent des moments de choix, des étapes où l'on doit non seulement chercher un chemin, mais où l'on doit ouvrir une porte et faire un choix. C’est ce que les disciples ont fait ce matin.

Nous sommes nous aussi des disciples de Jésus dans le 21e siècle. Nos choix de vie sont présents à chaque jour dans nos occupations de toutes sortes, dans notre famille, dans nos loisirs, dans nos occupations. Est-ce que cette vie qui est la nôtre se laisse interpeller par les paroles de Jésus qui nous arrivent de diverses façons, soit ici à l’église, soit dans des conversations, soit encore dans des événements ? Nous laissons-nous toucher? Reconnaissons-nous qu’elles sont des paroles de vie?

Ce n'est pas toujours facile, je le sais. Nous sommes comme les disciples qui ont laissé Jésus au moment de la Passion, mais n’abandons pas si facilement, car nous pouvons compter sur sa présence continuelle dans le sacrement de l’Eucharistie, dans son Corps et dans son Sang partagés. Comme nous le faisons ce matin.

Conclusion

Retenons en terminant que notre célébration eucharistique - notre messe – est le lieu d’une rencontre personnelle avec Jésus que nous servons. Comme les tribus d’Israël réunies par Josué à Sichem qui promettaient de servir le Seigneur, mettons-nous en état de servir nous aussi en recevant son Envoyé, son Fils bien-aimé, Jésus. C’est lui que nous prions ensemble. C’est à lui que nous présentons nos besoins et nos demandes. Nous lui offrons nos vies en union avec lui comme hommage et louange à Dieu de qui nous les tenons.

Ainsi chaque dimanche est un moment où nous venons servir le Seigneur en union avec Jésus le Serviteur parfait présent au milieu de nous par sa Parole et par son Corps et son Sang.

Amen!


Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l’Université Laval
Séminaire de Québec


21 août 2018





















Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Twitter Facebook Rss YouTube

Droits réservés Carrefour Kairos
© Hermann Giguère 2015