Homélie pour le 33e dimanche du temps ordinaire Année C « Tout sera détruit »

Hermann Giguère

Homélies dominicales pour les temps liturgiques par Mgr Hermann Giguère P.H. du Séminaire de Québec. Homélie du 17 novembre 2019. Textes de l'Écriture : Malachie 3, 19-20, Thessaloniciens. 3, 7-12 et Luc 21, 5-19.

Les paroles de Jésus que nous venons de lire sont mystérieuses. Saint Luc à dessein y mêle la destruction de Jérusalem à la fin du monde et au Retour du Christ à la fin des temps. Ce qu’il fait a un nom. Je vous le donne, mais vous n’avez pas besoin de le retenir, ce qui compte c’est de savoir de quoi il retourne.

Nous sommes ici avec ce texte de saint Luc dans le domaine de l’eschatologie, es-cha-to-lo-gie.

Commençons donc par définir ce qu’est l’eschatologie puis nous verrons les applications qu’on peut faire du texte de saint Luc.

I – Qu’est-ce que l’eschatologie ?

L’eschatologie regarde ce qui a rapport aux fins dernières. Le mot grec « eschaton » se traduit par « dernier » en français. Cela nous donne l’accent qui est mis dans l’eschatologie sur ce qui doit venir à la fin des temps. Tout ce qui est créé aura une fin.

C’est évident pour chacune et chacun de nous pris individuellement. Notre vie se terminera un jour. C’est certain, même si on ne sait pas comment. Il en est de même pour l’univers qui nous entoure auquel on est si sensible aujourd’hui dans le mouvement écologiste. Cet univers qui nous a été donné disparaîtra un jour. Il aura une fin. L’eschatologie a ainsi un sens cosmique.

Pour parler de ces réalités qui viennent – on ne sait quand – il s’est développé des images de toutes sortes. Cela donne le style littéraire bien particulier où on décrit avec ces images comment sont entrevus les derniers temps. Il ne s’agit pas de descriptions scientifiques, mais bien plutôt de morceaux qui ressemblent à des poésies ou à des histoires de bandes dessinées. Les images se bousculent dans les textes comme celui d’aujourd’hui. Il est question de bouleversements, de guerres, de peurs, de cataclysmes etc.

On ne doit pas prendre ces descriptions à la lettre, mais on doit retenir qu’elles ne sont pas inutiles puisqu'elles nous tournent vers ce qui adviendra un jour pour nous personnellement ou pour l’univers que le pape François appelle notre « maison commune » dans son encyclique Laudato si’, sur l’écologie (24 mai 2015).

II – Le Retour du Christ

Dans la foi chrétienne on a retenu que les fins dernières verront le Retour du Christ glorieux qu’on décrit comme la seconde venue du Christ, son second avènement.

C’est un événement que les Écritures nous présentent avec moult descriptions. Ce Retour du Christ est associé au jugement dernier dont parle saint Mathieu au chapitre 25 de son évangile lorsqu’il dit que les justes seront à la droite du Christ et les mauvais à sa gauche parce que les premiers l’ont servi dans leurs frères et sœurs et les autres n’ont pas su reconnaitre en eux le Christ qui les visitaient.

Ce Retour du Christ est aussi associé à la fin du monde. Surgira alors un monde nouveau et des cieux nouveaux comme le dit le livre de l’Apocalypse : « Alors j’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés et, de mer, il n’y en a plus » (Apocalypse 18, 1). Le Règne de Dieu prendra toute la place et le monde ancien disparaîtra. Les descriptions pour révéler cette réalité essentielle de notre foi sont parfois dignes des vidéos ou des films d’anticipation. Retenons que ce sont des images et que la réalité, elle, est beaucoup plus simple. Elle réside dans la foi au Christ « qui est, qui était et qui vient » comme nous le chantons après chaque consécration à la messe lorsque le prêtre dit « Il est grand le mystère de la foi » et que nous répondons «  Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire »

Certains chrétiens ont tellement voulu mettre en évidence ce mystère de notre foi qu’ils en ont fait l’essentiel de celle-ci. Pour eux, l’insistance est placée sur le Retour du Christ qui adviendra à la fin des temps. Ils se sont donné le nom d’Adventistes et ils forment une Église assez répandue aux États-Unis : les « Adventistes du septième jour ».

III – Le temps de l'Église

Saint Luc dans le texte de l’évangile que nous venons d'entendre ramasse plusieurs considérations dont certaines s’adressent aux premiers chrétiens qui étaient victimes de persécutions dans l'empire romain à cette époque.

Écoutez ses observations. « On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom. » Et plus loin « Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. »

Saint Luc ici nous montre que Jésus sait que son message suscitera des oppositions à commencer par celle de ses concitoyens qui réclameront sa mort. Il est conscient de la révolution, pourrait-on dire, qu’il demande dans les comportements et dans la façon de vivre l’Alliance de Dieu avec son peuple qu’il proclame dans les Béatitudes. Il est le messager de l’amour inconditionnel de Dieu pour l’humanité. Personne n’est exclu de ce mouvement d’amour dont il sera l’illustration extraordinaire par sa mort sur la croix.

Jésus souhaite ici que ses disciples n’aient pas honte de ce qu’ils sont et qu’ils soutiennent avec persévérance les épreuves et les difficultés de l’annonce de la Bonne Nouvelle qu’il apporte au monde. C’est ici tout l’histoire de l’Église qu’il faudrait évoquer, mais ne vous inquiétez pas, je ne le ferai pas. Qu’il me suffise de vous sensibiliser au fait que dans la perspective eschatologique le temps entre la Résurrection de Jésus et son Retour dans la gloire se nomme le temps de l’Église.

C’est le temps où les disciples de Jésus font le chemin nécessaire pour rester près de lui dans les cultures, les contrées, les temps, les circonstances et les changements où ils vivent. C’est ce que le pape François met en œuvre dans les deux conciles dont parlent les journaux : celui de l’Amazonie qui s’est terminé le 26 octobre 2019 et celui de l’Allemagne prévu en 2020.

Ce temps de l’Église n’a pas été déterminé d’avance. L’Église existe depuis déjà 2000 ans et qui dit que nous ne sommes pas encore dans la primitive Église. Ce temps de l’Église pour nous c'est maintenant. C'est celui où nous sommes appelés à transmettre le don reçu de la foi en Jésus. C'est aussi le temps où nous sommes invités à mettre en pratique ses enseignements et proclamer son message à toutes les nations: « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde. ». (Mathieu 28, 19-20)

Conclusion

Cette promesse que je viens de rappeler est le soutien que nous avons dans ce temps de l’Église où nous sommes engagés comme baptisés et enfants de Dieu. Notre route n’est pas sans issue, au contraire elle est ouverte sur la présence de Celui que nous suivons avec persévérance : « Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie » comme il est dit à la fin de notre évangile de ce dimanche.

Demandons, si vous le voulez, cette grâce de la persévérance. Les tentations de décrochage nous assaillent parfois dans notre vie personnelle ou dans la vie de l’Église. Les fruits de notre foi en Jésus n'apparaissent pas toujours assez clairement pour nous. Nos attentes sont parfois bien égoïstes.

Demandons au Seigneur de nous rendre accueillants à la présence de son Esprit qui nous guide sur les chemins de notre vie et sur ceux de la vie de l’Église. Et prions pour celui que Dieu nous a donné comme pasteur de celle-ci : le pape François.

Mgr Hermann Giguère P. H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québe
c

12 novembre 2019

























Lectures de la messe pour le 33e dimanche du temps ordinaire Année C

Première lecture
« Pour vous, le Soleil de justice se lèvera » (Ml 3, 19-20a)

Lecture du livre du prophète Malachie

Voici que vient le jour du Seigneur,
brûlant comme la fournaise.
Tous les arrogants, tous ceux qui commettent l’impiété,
seront de la paille.
Le jour qui vient les consumera,
– dit le Seigneur de l’univers –,
il ne leur laissera ni racine ni branche.
Mais pour vous qui craignez mon nom,
le Soleil de justice se lèvera :
il apportera la guérison dans son rayonnement.

– Parole du Seigneur.
Psaume
(Ps 97 (98), 5-6, 7-8, 9)

R/ Il vient, le Seigneur,
gouverner les peuples avec droiture. (cf. Ps 97, 9)

Jouez pour le Seigneur sur la cithare,
sur la cithare et tous les instruments ;
au son de la trompette et du cor,
acclamez votre roi, le Seigneur !

Que résonnent la mer et sa richesse,
le monde et tous ses habitants ;
que les fleuves battent des mains,
que les montagnes chantent leur joie.

Acclamez le Seigneur, car il vient
pour gouverner la terre,
pour gouverner le monde avec justice
et les peuples avec droiture !
Deuxième lecture
« Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus » (2 Th 3, 7-12)

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
vous savez bien, vous,
ce qu’il faut faire pour nous imiter.
Nous n’avons pas vécu parmi vous
de façon désordonnée ;
et le pain que nous avons mangé,
nous ne l’avons pas reçu gratuitement.
Au contraire, dans la peine et la fatigue, nuit et jour,
nous avons travaillé pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous.
Bien sûr, nous avons le droit d’être à charge,
mais nous avons voulu être pour vous un modèle à imiter.
Et quand nous étions chez vous,
nous vous donnions cet ordre :
si quelqu’un ne veut pas travailler,
qu’il ne mange pas non plus.
Or, nous apprenons que certains d’entre vous
mènent une vie déréglée, affairés sans rien faire.
À ceux-là, nous adressons dans le Seigneur Jésus Christ
cet ordre et cet appel :
qu’ils travaillent dans le calme
pour manger le pain qu’ils auront gagné.

– Parole du Seigneur.
Évangile
« C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie » (Lc 21, 5-19)

Alléluia. Alléluia.
Redressez-vous et relevez la tête,
car votre rédemption approche.
Alléluia. (Lc 21, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
comme certains disciples de Jésus parlaient du Temple,
des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient,
Jésus leur déclara :
« Ce que vous contemplez,
des jours viendront
où il n’en restera pas pierre sur pierre :
tout sera détruit. »
Ils lui demandèrent :
« Maître, quand cela arrivera-t-il ?
Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »
Jésus répondit :
« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer,
car beaucoup viendront sous mon nom,
et diront : ‘C’est moi’,
ou encore : ‘Le moment est tout proche.’
Ne marchez pas derrière eux !
Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres,
ne soyez pas terrifiés :
il faut que cela arrive d’abord,
mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »
Alors Jésus ajouta :
« On se dressera nation contre nation,
royaume contre royaume.
Il y aura de grands tremblements de terre
et, en divers lieux, des famines et des épidémies ;
des phénomènes effrayants surviendront,
et de grands signes venus du ciel.

Mais avant tout cela,
on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ;
on vous livrera aux synagogues et aux prisons,
on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs,
à cause de mon nom.
Cela vous amènera à rendre témoignage.
Mettez-vous donc dans l’esprit
que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.
C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse
à laquelle tous vos adversaires ne pourront
ni résister ni s’opposer.
Vous serez livrés même par vos parents,
vos frères, votre famille et vos amis,
et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.
Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

– Acclamons la Parole de Dieu.






Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Twitter Facebook Rss YouTube

Droits réservés Carrefour Kairos
© Hermann Giguère 2019